Des bénévoles scientologues aident à reconstruire des villages en Bosnie

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Suite aux violentes inondations du mois de mai, des milliers de maisons doivent être démolies. Les ministres volontaires de Scientologie sont venus aider les villageois à récupérer des matériaux pour reconstruire.

Stashko habite une ferme qui a résisté à un grave incendie lors du conflit des Balkans dans les années 90, pour finalement succomber en temps de paix, une vingtaine d’années après. Il vit dans la région qui a été la plus durement touchée lors des inondations de mai 2014. Les autorités estiment que dans cette zone 50 à 70 % des maisons sont trop gravement endommagées pour pouvoir être réparées et doivent être démolies.

Les terribles inondations qui ont touché la Bosnie, la Serbie et la Croatie ont été les pires depuis un siècle. L’équivalent de trois mois de précipitations est tombé en quelques jours. Pour la seule Bosnie, 40 000 personnes ont dû être évacuées. Le Ministre des Affaires étrangères a estimé les dégâts comparables aux destructions provoquées par le conflit de 1992 à 1995, dont les cicatrices sont encore visibles à travers le pays.

Stashko est secouriste et membre de la Croix Rouge locale. Au cours des semaines qui ont suivi la catastrophe, avec tant de personnes à secourir, il a eu peu de temps pour penser à ses propres problèmes. En fait, sa maison était condamnée et vouée à la démolition. Sauver à lui tout seul ce qu’il en restait semblait une tâche au-dessus de ses forces. Ayant entendu parler de la situation critique de Stashko, l’équipe de secours d’urgence de Scientologie lui a proposé son aide.

Lorsque ces bénévoles sont arrivés en Bosnie pour participer aux secours, ils ne connaissaient pas grand-chose à la construction. Mais avec tant de familles en détresse, les choses ont vite changé. Équipés de pieds de biche et de maillets et avec détermination, ils ont aidé à désassembler des maisons endommagées, récupérant poutres en bois, poutrelles métalliques, tuiles, tubes de cuivre, fil électrique et tout ce qui pouvait servir. Ils ont donc utilisé leurs compétences pour aider Stashko à démolir sa maison pièce par pièce, récupérant et mettant de côté tout ce qu’il pourrait utiliser pour construire une nouvelle maison.

_________________

Il faut plus de bénévoles pour aider les Balkans à se remettre. Si vous avez envie de soutenir les efforts en cours, contactez le responsable des équipes de secours internationales au (323) 960-1949

ou par email : disasterresponse@volunteerministers.org.

_________________

Le programme des ministres volontaires a été expressément conçu pour être utilisé aussi bien par les scientologues que par les non scientologues. Quelle que soit sa culture ou ses croyances, n’importe qui peut se former en tant que ministre volontaire et se servir de ces outils pour aider sa famille et sa communauté. La formation de ministre volontaire est gratuite. Elle est à la disposition de toute personne qui souhaite aider les autres, sur le site des ministres volontaires : www.volunteerministers.org.

Disposant d’outils pour résoudre pratiquement toutes les difficultés, les ministres volontaires mettent en pratique leur slogan : “ Quel que soit le problème, on PEUT y faire quelque chose ”.

L’église de Scientologie vient de publier une nouvelle brochure : Scientologie, notre aide : les ministres volontaires de Scientologie On peut y faire quelque chose, pour répondre aux demandes d’informations sur ce programme caritatif. Pour en savoir plus ou lire un exemplaire de la brochure, visitez le site www.scientologie.fr

En créant le programme des ministres volontaires, Ron Hubbard écrivit: “Si quelqu’un n’aime pas le crime, la cruauté, l’injustice et la violence de cette société, il peut y faire quelque chose. Il peut devenir un ministre volontaire et aider à civiliser cette société, à lui apporter  conscience, bonté et amour, et à la libérer du calvaire en y insufflant confiance, décence, honnêteté et tolérance.”

Contact presse : 01 53 33 52 09

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »