Durant la coupe de l’EURO 2016, une prévention contre la drogue sans précédent a été faite

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Près de 300 000 livrets ont été distribués dans toute la France durant la coupe UEFA 2016 par les bénévoles de l’association Non à la drogue, Oui à la vie, alertant les supporters des dangers du cannabis et d’autres drogues illégales.
Est-ce le climat d’inquiétude omniprésent qui ont poussé ainsi les bénévoles à s’engager encore plus dans leur démarche ? Aujourd’hui dans un monde bouleversé par les attentats et le terrorisme, les jeunes ont perdu les repères fondamentaux et certains d’entre eux se réfugient dans la drogue, l’alcool, la violence, et une part de la société est ainsi poussée à la dérive.
Toute l’année les bénévoles de l’association Non à la drogue, Oui à la vie, se mobilisent en France pour continuer leur combat contre les ravages que fait la consommation de cannabis, responsable de centaines de morts chaque année, détruisant ainsi la vie de nombreuses familles. Ils mettent régulièrement en garde les jeunes précisant que le cannabis de nos jours contient 150 mg de THC, comparé à celui des années 60 qui n’était que de 10 mg. Et pour rendre cette drogue encore plus dévastatrice, elle est composée de plus de 400 agents chimiques.
Durant leurs distributions lors de la coupe UEFA 2016, les bénévoles ont rallié à leur cause d’autres groupes et citoyens pour toucher un maximum de supporters de toutes nationalités avant les différents matches à Paris, Lyon, Lille ou encore à Marseille, Bordeaux, Toulouse, Saint-Etienne et Nice. Cette opération destinée à sensibiliser le public aux dégâts causés par le cannabis et autres drogues a été une vraie réussite.
« C’est une super initiative, » a observé une dame qui a été rejointe par d’autres gens pour féliciter les membres. Un gars à l’allure sportive dit : « Si les jeunes veulent se droguer et foutre leur vie en l’air, ils sont libres de le faire, mais chez eux ! Et que cela ne nuise pas à quelqu’un d’autre. Il y a tellement de choses plus intéressantes à faire que de se droguer. » Certaines personnes ont pris des livrets en plus pour les distribuer autour d’eux, comme cette maman qui se plaignait qu’autour du lycée des dealers rôdaient et que de plus en plus de jeunes fument le cannabis.
Plusieurs jeunes attendant l’ouverture des portes du stade lisaient le livret avec attention. Certains un peu moqueurs avouaient fumer du cannabis mais, ignorant tous les méfaits, finissaient par s’intéresser aux livrets. Une femme, médecin du travail, a pris les coordonnées de l’association pour avoir des livrets et les mettre dans sa salle d’attente. Des commerçants et des restaurateurs ont apprécié recevoir les livrets pour leurs clients et pour leur personnel.
La présidente de l’association a déclaré: « La prévention est primordiale aujourd’hui, et c’est surtout la seule solution d’éradiquer ce fléau meurtrier. Aujourd’hui, les jeunes commencent à fumer parce qu’ils veulent faire comme les copains ou bien parce qu’ils veulent ‘oublier’ leurs problèmes du quotidien. Mais si nous informons les jeunes avant qu’ils ne commencent à consommer du cannabis, ils pourront ainsi décider, avec toutes les informations sur les méfaits de cette drogue, s’ils veulent fumer ou non. Et nombreux d’entre eux ne toucheront certainement jamais à cette drogue parce que la connaissance fait toute la différence. »
L’association Non à la drogue, Oui à la vie continuera à effectuer de grandes actions de sensibilisation lors des grands évènements sportifs et culturels. En Colombie et au Venezuela, des policiers et des militaires distribuent eux-mêmes les livrets informatifs de l’association internationale aux citoyens. L’impression en grand nombre des livrets d’information sur la drogue est rendue possible grâce au financement d’une association de scientologues.
L’humaniste Ron Hubbard a découvert en 1950 : « Vous avez peut-être remarqué que la société se dégrade rapidement… Et le plus grave dans tout cela, c’est que les drogues, qu’elles soient médicales ou illégales, ont rendu incapables d’agir tous ceux qui auraient pu résoudre la situation, notamment les leaders politiques, et ont même paralysé les nouvelles générations. »
Contact presse : 01.53.33.52.09

Cliquez ici pour vous désinscrire

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »