Un étonnant suicide de militaire toutes les 65 minutes

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le jour où nous honorerons nos anciens combattants, 23 d’entre eux mourront se seront suicidés. Cependant la cause de cette ‘épidémie’ est ignorée.

La journée commémorative des anciens combattants marque la fin de la Première Guerre mondiale. L’armistice avec l’Allemagne a officiellement débuté il y a 99 ans à la onzième heure du 11e jour du 11e mois de 1918. Cette journée était Initialement connue comme le jour de l’armistice, mais son nom a été changé en 1954. C’est une journée pour honorer les vétérans américains de toutes les guerres.

Cependant, tandis que les Américains rendent hommage à ceux qui sont morts au combat, il y a une autre source de pertes qui décime les rangs de l’armée américaine aujourd’hui.

Ce n’est pas un secret : 23 soldats et vétérans se suicident chaque jour. En fait, selon le magazine Freedom, il y a « un étonnant suicide de militaire toutes les 65 minutes. Il y a plus de soldats en service actif en Irak et en Afghanistan qui se sont suicidés qu’il n’y en a qui sont morts au combat. »

L’armée cependant continue de confier la résolution de cette situation à ceux qui sont complices de sa création. Selon le lieutenant-colonel Bart Billings, psychologue clinicien de réserve de l’armée américaine retraité : « Nous n’avons jamais drogué nos troupes à ce point et l’augmentation actuelle des suicides n’est pas une coïncidence. »


Y a-t-il une relation de cause à effet ? Le lieutenant-colonel Billings le croit. « Pourquoi la psychiatrie militaire n’a-t-elle pas été relevée du commandement des services de santé mentale ? », demande-t-il. « Dans n’importe quel autre poste de commandement dans l’armée, il y aurait eu un changement de leadership. »

L’article de Freedom révèle que les ordonnances de l’armée pour des médicaments psychotropes ont grimpé en flèche de 475% entre 2002 et 2014 pour atteindre 18 millions par an.

Fred A. Baughman Jr., un neurologue basé à San Diego ayant plus de 40 années d’expérience professionnelle et critique véhément des pratiques psychiatriques, estime que la majorité des suicides de soldats en service actif et de vétérans peuvent être attribués à la prescription endémique d’antipsychotiques et d’antidépresseurs.


Depuis de nombreuses années, la
Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme (CCDH) et l’Église de Scientologie se sont battus pour les droits des anciens combattants, y compris le consentement éclairé et les alternatives de traitement aux médicaments psychiatriques.

Pour sensibiliser le public à cette situation urgente, la CCDH a produit le documentaire « L’Ennemi caché : l’agenda secret de la psychiatrie » et utilise le film pour informer le personnel du Congrès, les groupes d’anciens combattants ainsi que les militaires et officiers.

« Quand vous avez plus de pertes ici sur le sol américain de ceux qui ont fièrement servi qu’à l’étranger pendant leur période de service, vous devez vous demander ‘en faisons-nous assez’ ? », a déclaré Gus Bilirakis, membre du Congrès de Floride, lors de l’interview du magazine Freedom.

Contact presse : 01.53.33.52.09

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »